juillet 2014, par Soedje Kokou , Messanh Agbémélé , Kedeouli Boris , Egbohou P , Tchamdja Toyi , Dassa Kolou Simliwa

Objectifs : déterminer la fréquence des urgences psychiatriques et de dresser les caractéristiques sociodémographiques et cliniques de ces patients.
Méthodologie : le cadre de notre travail a été la Clinique de Psychiatrie et de Psychologie Médicale et le Service des Urgences Médicales du CHU S. Campus. Il s’est agi d’une étude prospective à visée descriptive et analytique incluant les patients reçu du 1er janvier au 31 décembre 2013.
Résultats : La fréquence globale a été de 5,52% des patients. L’âge moyen des patients était de 36,12±12,3 ans avec des extrêmes allant de 14 à 87 ans. Le sex-ratio était de 0,45. Les patients mariés ou en concubinage étaient les plus représentés avec 50,91%. Le secteur informel de bas niveau était le plus atteint à 46,18 %. Les patients non scolarisés et ceux ayant atteint un niveau baccalauréat et plus d’instruction avaient représenté dans cet ordre 14,18% et 10,55%. Le délai de consultation était de 8,47±16,6 jours. Les troubles psychotiques aigus et transitoires, La réaction à un stress sévère et trouble de l’adaptation et les troubles dissociatifs ont été diagnostiqués respectivement pour 39,64%, 33,45% et 6,55% de patients.
Conclusion : Malgré sa fréquence faible, la connaissance de ce profil est nécessaire pour l’organisation de la bonne prise en charge.
Mots clés : Urgences psychiatriques, épidémiologie, Afrique sub-saharienne, Togo

La vie de l'Anesthésie