Assessment of the knowledge of the seventh year medical students on first aid interventions.

octobre 2013, par Kaboré Raf , Traore IA , Ki K.B. , Bougouma CTHW , Bonkoungou P.Z. , Tassembédo P. , Ouedraogo Nazinigouba

Introduction

Les urgences vitales sont représentées par la survenue d’une détresse pouvant conduire à tout instant à un arrêt cardiaque, dont l’incidence hospitalière varie selon les études de 1 à 5 pour mille admissions [1] [2]. En 2009, sa prévalence sur toute l’Europe était estimée à 700000 [3].
Les urgences vitales constituent un important problème de santé publique et représentent un défi thérapeutique. Leur prise en charge initiale nécessite une connaissance des gestes de premiers secours qui doivent être maîtrisés par tout agent de santé [4]. Ces gestes doivent être réalisés le plus précocement possible afin d’améliorer le pronostic [5]. En effet, la probabilité de survie après un ACR extra hospitalier diminue de 10% par minute écoulée sans réanimation cardio-pulmonaire [6]. Cependant, les connaissances et la maîtrise de ces gestes de premiers secours par les agents de santé sont parfois insuffisantes [6, 7, 8].
Le but de cette étude était d’évaluer les connaissances théoriques des étudiants de 7ème année de médecine de l’Unité de Formation et de Recherche en Sciences de la Santé (UFR/SDS) de Ouagadougou sur les gestes de premiers secours.

Matériels et méthodes

Il s’est agi d’une étude transversale à passage unique, conduite du 1er au 14 Août 2009 dans les deux centres hospitaliers universitaires (CHU) de Ouagadougou : le CHU Yalgado Ouédraogo (780 lits) et le CHU pédiatrique Charles de Gaulle (150 lits). Ces 2 CHU constituent les principaux sites de stage des étudiants en médecine de l’UFR/SDS de Ouagadougou. Le cursus des études de médecine comporte un module d’urgences médico-chirurgicales dispensé en 5ème année. La réanimation cardio-pulmonaire y est enseignée sous forme de cours magistral de 2 heures de temps. Les étudiants effectuent au cours de la 7ème année (la dernière du cursus) un stage clinique hospitalier à plein temps appelé stage interné. Les stagiaires internés constituent un maillon important dans la chaine de soins hospitaliers : ils sont en première ligne au cours de la prise en charge des patients et sont donc souvent amenés à réaliser des gestes d’urgence en cas de détresse vitale.
La population d’étude était constituée des étudiants inscrits en 7è année d’études médicales à l’université de Ouagadougou et effectuant leur stage interné dans un des deux CHU pendant la période de l’enquête.
Les données ont été recueillies par un questionnaire anonyme, auto-administré. La distribution des questionnaires était individuelle et a été précédée d’un bref entretien explicatif, et le recueil dès qu’ils étaient remplis.
Les variables étudiées concernaient :
- La connaissance des signes cliniques des urgences vitales suivantes à travers des questions ouvertes : perte de connaissance, arrêt ventilatoire, arrêt cardio-respiratoire (ACR), obstruction aiguë des voies aériennes par corps étranger (OAVACE) ;
- La connaissance des gestes de premiers secours à travers des questions à choix multiples : libération des voies aériennes supérieures (LVAS), position latérale de sécurité (PLS), ventilation artificielle (VA), massage cardiaque externe (MCE), manoeuvre de Heimlich (MH).
Les informations recueillies ont été analysées par le logiciel Epi Info version 3.5.1.

Résultats
Au total, sur 160 étudiants éligibles, 102 ont répondu au questionnaire, soit un taux de participation de 63,7%.
Six étudiants (5,8%) avaient bénéficié d’une formation théorique sur les gestes de premiers secours, en dehors du cursus médical. Aucun étudiant n’avait bénéficié de formation pratique.
Les signes cliniques permettant de faire le diagnostic de l’arrêt cardio-respiratoire étaient connus par 18,6% des étudiants.
La répartition des étudiants en fonction de leur connaissance des signes cliniques des principales urgences est donnée dans le tableau I

JPEG - 40.1 ko

Les résultats concernant les gestes déjà pratiqués par les étudiants ainsi que leur niveau de connaissance théorique sur ces gestes sont résumés dans le tableau II

JPEG - 49.6 ko

Aucun étudiant ne connaissait la séquence de la réanimation cardio-pulmonaire dans sa totalité. Dans leurs suggestions, les étudiants ont exprimé leur besoin d’être formés sur les gestes de premiers secours notamment sur la RCPB (45,1%), la manutention des blessés (18,6%), l’intubation trachéale (16,7%), la manoeuvre de Heimlich (14,7%). Pour 67,6% des étudiants, un module d’enseignement sur les gestes d’urgence, avec formation pratique, devrait être dispensé en 2ème ou 3ème année d’études médicales.

Discussion

Le but de cette étude était d’évaluer les connaissances théoriques des étudiants en fin de cursus médical sur les gestes d’urgence en les interrogeant sur des notions simples de premiers secours. Notre taux de participation a été de 63,7% et il ressort de cette enquête qu’une faible proportion des étudiants avait bénéficié d’une formation sur les gestes de premiers secours.
Dans la prise en charge des urgences vitales intra-hospitalières, le niveau de connaissance des agents de santé sur les gestes de premiers secours conditionne le pronostic des patients. La connaissance théorique mais surtout pratique des gestes de premier secours et leur réalisation sans délai et de manière adéquate est un des facteurs de bon pronostic [4].
Notre méthode d’évaluation qui est exclusivement théorique ne permet pas de juger du savoir faire des étudiants en matière de gestes d’urgence. Néanmoins, les résultats que nous avons obtenus nous permettent de juger le niveau de connaissance des étudiants en 7ème année de médecine sur les gestes d’urgence.
Dans le cursus de formation médicale à Ouagadougou, il n’y a pas de formation spécifique sur les gestes d’urgence à l’instar de certaines facultés de médecine [5, 9, 10, 11, 12]. Les étudiants en médecine chez nous comme ailleurs sont pourtant très souvent interpellés en cas d’urgence vitale intra hospitalière [13]. Dans certains pays, il existe même des formations dans les collèges et lycées, voire pour le grand public organisées régulièrement dans le but d’assurer une prise en charge initiale des urgences vitales avant l’arrivée des secours médicalisés [14, 15].
La prise en charge des urgences vitales commence par le diagnostic positif de la détresse vitale immédiatement suivi de la réalisation des gestes de premiers secours adaptés [4]. La précocité de réalisation de ces gestes de premiers secours conditionnera le pronostic du patient [10, 16, 17]. En effet, après un arrêt cardio-respiratoire, chaque minute perdue diminue les chances de survie de 7-10% [18]. Pourtant dans notre étude, seuls 18% des étudiants étaient capables de faire ce diagnostic, ce qui implique que les gestes d’urgence ne seront pas toujours réalisés à bon escient.
Plusieurs études ont permis de faire le même constat autant chez des étudiants que d’autres professionnels de la santé [4, 8, 13, 19]. Galinski et al dans une enquête sur les connaissances du personnel médical et paramédical sur la prise en charge de l’arrêt cardiaque intrahospitalier ont trouvé que devant une perte de connaissance 55% du personnel médical et 19% du personnel paramédical recherchaient explicitement l’absence de mouvements ventilatoires spontanés, en outre seuls 18% du personnel paramédical recherchaient un pouls carotidien ou fémoral [8].
Les gestes de premiers secours à réaliser devant les principales urgences vitales étaient aussi peu connus de nos étudiants. Les mêmes lacunes ont été mises en évidence ailleurs par d’autres auteurs [8, 20, 21, 12].Une étude réalisée chez des étudiants dentistes en fin d’études, a révélé qu’aucun d’entre eux n’était en mesure de poser correctement le diagnostic d’un arrêt cardiaque et de réaliser les gestes de réanimation cardio-pulmonaire [12].
Cependant un module sur les urgences médicales est enseigné aux étudiants de 5è année d’études médicales à Ouagadougou. Ce résultat pose donc la question de la pertinence des méthodes pédagogiques utilisées dans la formation médicale, pour l’acquisition des connaissances et leur pérennisation. A l’UFR/SD de Ouagadougou, il s’agit principalement de cours magistraux classiques [22]. Des techniques de pédagogie active seraient plus efficaces.
Le taux de survie d’un arrêt cardiaque à l’hôpital demeure très faible malgré les recommandations internationales qui ont permis d’organiser sa prise en charge autour du principe de la chaîne de survie [23, 8]. Dans la mise en oeuvre de cette chaîne de survie, la réalisation immédiate des gestes de premiers secours est un facteur important pour l’amélioration du pronostic des patients [24].
L’instauration de l’enseignement des gestes de premiers secours dans les études médicales initiales et dans la formation continue est une des solutions à ce problème [9, 11, 25]. Cette formation devrait être répétée régulièrement tout au long du cursus de formation afin d’obtenir au terme des études médicales un niveau de compétence satisfaisant [9]. Une formation spécifique aux étudiants en médecine de Ouagadougou sur les gestes d’urgence leur aurait permis d’acquérir des aptitudes indispensables pour mieux prendre en charge les urgences vitales intra-hospitalières.

Conclusion

Cette étude montre une sévère carence dans les connaissances théoriques des étudiants en fin de formation à l’UFR/SDS sur les gestes de premiers secours. Dans l’immédiat, la formation de tous les médecins et étudiants avancés dans le cursus s’avère indispensable afin d’améliorer le pronostic des patients. Il est donc souhaitable de mettre en oeuvre un programme de formation théorique et pratique sur mannequin, avec une évaluation et une actualisation périodiques des acquis.


Références

1. Recommandations pour l’organisation de la prise en charge des urgences vitales intrahospitalières. Conférences d’experts Société Française d’Anesthésie-Réanimation 2004.
2. Sandroni C, Nolan J, Cavallaro F, Antonelli M. In-hospital cardiac arrest : incidence, prognosis and possible measures to improve survival. Intensive Care Med. 2007 ; 33 : 237-45.
3. Puyfaucher LH. Connaissances et méthodes de formation en soins primaires en médecine générale : gestion d’un arrêt cardiaque par une population de médecins généralistes installés dans le département des Yvelines. Thèse de doctorat d’état en médecine. Paris : Université Paris Descartes (Paris 5). 2011 ; 95 p.
4. gostinucci JM ; Bertrand P ; Surget V. (2006) Gestes de secourisme en urgence. EMC Urgences. 24-000-C-10
5. Sandroni C, Nolan J. European Resuscitation Council Resuscitation 2010 guidelines for adult and pediatric resuscitation : summary of major changes. Minerva anesthesiol. 2011 ; 77 : 220-06
6. Larsen MP, Eisenberg MS, Cummins RO, Hallstrom AP. Predicting survival from out of hospital cardiac arrest : a graphic model. Annals of Emergency Medecine. 1993 ; 22 : 1652-58.
7. Tan ECTH ; Severien I ; Metz JCM et al. First aid and basic life support of junior doctors : a prospective study in Nijmegen, the Netherlands. Medical Teacher, 2006 ; 28:189-192
8. Galinski M, Loubardi N, Duchossoy MC, Chauvin M. Prise en charge des arrêts cardiaques intrahospitaliers : évaluation des connaissances théoriques du personnel médical et paramédical. Annales françaises d’anesthésie et de réanimation, 2003 ; 22 : 179-182
9. Grzeskowiak M. The effects of teaching basic cardiopulmonary resuscitation : a comparison between first and sixth year medical students. Resuscitation, 2006 ; 68 : 391-97
10. Hamasu S, Morimoto T, Kuramoto N et al. Effects of BLS training on factors associated with attitude toward CPR in college students. Resuscitation, 2009 ; 80 : 359-64
11. Enweronu-Laryea C, Engmann C, Osafo A, Bose C. Evaluation the effectiveness of a strategy for teaching neonatal resuscitation in West Africa. Resuscitation, 2009 ; 80 : 1308-11
12. Laurent F, Augustin P, Nabet C, Ackers S, Zamaroczy D, Maman L. Managing a Cardiac Arrest : Evaluation of Final-Year Predoctoral Dental Students. J Dent Educ. 2009 ; 73 : 211-17
13. Seraj MA, Naguib M. Cardiopulmonary resuscitation skills of medical professionals. Resuscitation. 1990 ; 20 : 31-39
14. Metté C, Le Toumelin Ph, D’Ivervois JF. Evaluation des formations du grand public aux premiers secours en France (Formations d’AFPS). La revue des SAMU, 2004 ; 173 : 562-68.
15. Joye F, Marion F, Rouch R, Lazarovici S. Evaluation de la connaissance des gestes d’urgence dans le département de l’Aude : enquête auprès de 1000 personnes pour l’évaluation des objectifs d’enseignement du CESU 11. JEUR, 2000 ; 13:161-65
16. Mäkinen M, Niemi-Murola L, Kaila M, Castrén M. Nurses’ attitudes towards resuscitation and national resuscitation guidelines- Nurses hesitate to start CPR-D. Resuscitation, 2009 ; 80:1399-14041
17. Sandroni C, Nolan J, Cavallaro F, Antonelli M. In-hospital cardiac arrest : incidence, prognosis and possible measures to improve survival. Intensive care Med, 2007 ; 33 : 237-45
18. Handley AJ, Koster R, Monsieurs K, Perkins GD, Davies S, Bossaert L. European Resuscitation Council. Resuscitation 2005 ; 67 : S7-23
19. Suzuki A SY, Takahat O, Fujimoto K et al. A survey of 3303 6th-year medical students from 36 universities concerning knowledge of resuscitation-more than 80% of medical students can not perform standard cardiopulmonary resuscitation ? Masui. 2001, 50:316-322
20. Gasco C, Avelland M, Sanchez M. CPR training for students of odontology skills acquisition after 2 periods of learning. Resuscitation, 2000 ; 45 : 189-94
21. Nyman J, Sihvonen M. CPR skills in nurses and nursing students. Resuscitation. 2000 ; 47:179-84
22. Ouédraogo N, Niakara A, Kabré A et al Evaluation de l’enseignement des urgences dans la formation médicale initiale à l’université de Ouagadougou : analyse docimologique. Rev Afr Med Urg, 2004 ; 9 : 34-44
23. Sebbane M, Hayter M, Romero J, Lefebvre S, Chabrot C, Mercier G, Eledjam JJ, Dumont R, Houston PL, Boet S. Chest compressions performed by ED staff : a randomized cross-over simulation study on the floor and on a stretcher. American Journal of Emergency Medicine. 2012 ; 30 : 1928-934
24. Edelson DP, Abella BS, Kramer-Johansen J, Wik L, Myklebust H, Barry AM, et al. Effects of compression depth and pre-shock pauses predict defibrillation failure during cardiac arrest. Resuscitation 2006 ; 71:137-45
25. Perkins GD, Hulme J, Shore HR, Bion JF. Basic life support training for health care students. Resuscitation.1999 ; 41:19

La vie de l'Anesthésie