juillet 2014, par Leye P A , Bennani M , Fall M L , Bah M D , Beye D.M. , Diouf E

Introduction : L’insuffisance rénale aiguë du post-partum (IRA-PP) demeure encore un problème de santé publique avec une morbidité et une mortalité maternelle élevées [1]. L’accouchement à domicile, le mauvais suivi des grossesses, l’absence de dépistage systématique de la pré-éclampsie et des infections urinaires sont autant de facteurs favorisant la survenue de complications rénales obstétricales [2].
Objectifs : déterminer les profils épidémiologiques, cliniques, biologiques, étiologiques, thérapeutiques et évolutifs de l’IRA-PP
Patientes et méthodes : Il s’agissait d’une étude descriptive et analytique sur 2 ans (juin 2010 - juin 2012). Toutes les patientes reçues pour une IRA-PP clinique et/ou biologique avec une créatininémie étaient colligées. A partir des dossiers de réanimation, de néphrologie et des carnets obstétricaux, différents paramètres épidémiologiques, cliniques, paracliniques, pronostiques (score d’Akin et Rifle), thérapeutiques et évolutifs ont été étudiés.
Résultats : Durant la période, 565 patients ont été hospitalisés parmi lesquels 43 parturientes présentant une IRA-PP. L’étude avait porté sur 40 cas d’un âge moyen 28,4 ±6,3 ans ; 62,5% des patientes étaient de la région de Dakar,. Le délai moyen de prise en charge en réanimation après l’accouchement était de 43 h ± 3,37 (extrêmes 2 h et 14 j). Le transport était médicalisé chez treize patientes (32,5%). L’accouchement était fait à domicile chez 10 patientes ; vingt-trois patientes avaient accouché par césarienne. L’IRA était anurique, oligurique et à diurèse conservée dans respectivement 52,5 %, 37,5% et 10% des cas. La principale étiologie était une pré-éclampsie (92,5 %). L’hémodialyse a été réalisée chez 19 patientes. La mortalité périnatale était de 67,5 % et la mortalité maternelle de 32,5%.
Discussion : L’IRA–PP reste une complication obstétricale fréquente dans nos régions avec une morbidité et une mortalité materno-fœtale élevée. La pré-éclampsie sévère en constitue la principale cause. La prévention passe par un meilleur suivi des grossesses.

- 1Ann Fr Anesth Réanim 2010 ; 4265:8 ; 2Néphrologie 2001 ; 22 : 3-4

La vie de l'Anesthésie