juillet 2014, par Bula-Bula IM , Kabuni P , Mbungu R , Lelo M , Babakazo D , Kilembé MA

Introduction : En un an de l’échéance des objectifs du millénaire pour le développement dont le cinquième se réfère à la santé maternelle, beaucoup de femmes continuent à mourir en donnant la vie. Une des causes en est la pré-éclampsie (PE). Maladie des théories, la PE peut être expliquée par plusieurs facteurs dont le stress du travail et le stress dans la vie en général. Peut-elle bien être prédite par le stress lié à la grossesse ?
Méthodologie Il s’agit d’une étude cas-témoins réalisée du 01 janvier au 30 Août 2013 au centre de santé de Kikimi. Etaient recherchés : l’âge, la primiparité, le niveau d’étude, la pression artérielle, la notion d’avortements et une évaluation, à la première CPN, du stress lié à la grossesse.
Résultats Deux cent soixante sept femmes dont 94 cas ont été suivies. Seules les valeurs de l’EVA cfr tableau I et la primiparité étaient associées à la PE. Et, au seuil de huit, l’EVA présentait : Sensibilité=96,6 ; Spécificité=80,4 ; Valeur Prédictive Positive=73,7 ; Valeur Prédictive Négative = 97,6 et VGT=86,3.

Tableau I. Répartition des parturientes en fonction de l’EVA.

EVA Cas Témoins P OR
≥ 8 92 61 82,95
< 8 2 112 0,0001 [20,71 -708,37]
Total 94 173

L’EVA supérieure à 8 est un facteur de risque pour la PE.

Discussion Maladie survenant après les 20 ième semaines d’aménorrhée, son traitement consiste à arrêter la grossesse. Un arrêt précoce augmente la mortalité néonatale et un arrêt tardif augmente la mortalité maternelle. Sa prévention demande un diagnostic précoce qui se fait sur base des examens biologiques et du doppler, un luxe pour les pays en développement. Le stress lié à la grossesse exprimé par un EVA > 8 semble pouvoir prédire la PE.
Mots-clés : stress–grossesse–pré-éclampsie

La vie de l'Anesthésie