Tetanus in the intensive care unit at the national university teaching hospital (CNHU) of Cotonou : epidemiology and prognosis

janvier 2014, par Hounkpè P.C , Lokossou TC , Viatonou S , Atchadé D

Introduction

Le tétanos est une toxi-infection neurotrope consécutive à l’action des exotoxines produites par une bactérie ubiquitaire, le Clostridium tetani. Il est essentiellement caractérisé au plan clinique par des contractures musculaires associées à des paroxysmes [1-6]. Le tétanos demeure un problème de santé publique malgré la volonté affichée depuis 1995 par l’Organisation Mondiale de la Santé(OMS) de l’éradiquer et la disponibilité de vaccin efficace [1,2,3]. En effet, le constat révèle que le tétanos est encore à l’origine de près d’un million de décès par an à travers le monde dont 80% en Afrique et en Asie du Sud-Est et est toujours endémique dans 90 pays [1, 2, 3] sans épargner des pays développés d’Europe comme par exemples la France [7] ou l’Italie [8]. Même si le Bénin peut se féliciter de compter parmi les pays en développement qui ont réussi à éradiquer le tétanos néonatal [9], la maladie sévit encore sous d’autres formes et de nombreux décès liés au tétanos sont encore enregistrés chaque année en réanimation au CNHU de Cotonou. C’est pourquoi, le but de cette étude était d’évaluer la gravité du tétanos en réanimation au Centre National Hospitalier et Universitaire(CNHU) de Cotonou à travers les données épidémiologiques en vue de faire des suggestions au renforcement de la lutte préventive.

Patients et Méthodes

Il s’agit d’une étude rétrospective descriptive et analytique menée sur cinq (05) ans, courant du 1er janvier 2007 au 31 décembre 2011. Les supports utilisés pour la collecte des données sont les registres d’admission des patients ainsi que les dossiers patients. Ont été inclus tous les patients diagnostiqués comme atteints du tétanos sur la base de signes cliniques évidents à savoir : l’observation des contractures musculaires associées à des spasmes, le faciès tétanique (faciès sardonique) et les manifestations neurovégétatives associées qui sont confirmées par le trismus [1,2,3]. La recherche positive de la porte d’entrée était systématique. L’inobservance ou une observance partielle du calendrier vaccinal à l’interrogatoire était un élément supplémentaire pour retenir le diagnostic. Ont été exclus tous les patients ayant présenté d’autres formes de crises musculaires notamment des crises convulsives tonico-cloniques comme celles observées dans un tableau d’éclampsie ou d’épilepsie. Les données ont été traitées au logiciel SAS 9.0. L’analyse statistique comprenait une analyse descriptive et une analyse univariée. Le seuil de signification des différents tests statistiques était de p ≤ 0,05. Les variables qualitatives ont été décrites par les effectifs et les pourcentages correspondants et les variables quantitatives par la moyenne ± écart-type. En analyse univariée, l’étude de l’existence d’un lien entre 2 variables qualitatives avait recours au test du Chi-2 exact de FISHER (effectifs faibles dans une case du tableau de contingence) et la comparaison des moyennes des variables quantitatives dans les différentes modalités des variables qualitatives était réalisée par un test de Student.

Résultats

Pendant la période d’étude, 4016 patients ont été admis et 37 cas de tétanos ont été dénombrés, soit une prévalence hospitalière de 0,92%.
La distribution annuelle des cas est représentée par le tableau I et la moyenne annuelle calculée est de 7,4 cas par an.

JPEG - 29.5 ko

Le sexe : On dénombre 29 hommes et 08 femmes soit un sex-ratio H/F de 3,6. La répartition selon le sexe est présentée sur la figure 1.

JPEG - 21.8 ko

L’âge moyen des patients était de 28,7+17,7 ans avec les extrêmes de 07 et 70 ans. La répartition par tranche d’âge est représentée par la figure2.

JPEG - 42.3 ko

Les enfants et les adultes jeunes (16-30 ans) représentaient 67,6%. Le cumul des pourcentages des enfants aux adultes du premier âge (31-45 ans) constitue 78,4%.
La mortalité : 23 patients étaient décédés soit un taux de mortalité de 62%. Ce résultat est illustré par la figure 3

JPEG - 28.8 ko

Au nombre des décès, il y avait 06 patientes sur les 08 du sexe féminin et 17 patients sur les 29 du sexe masculin. La durée moyenne globale du séjour était de 7,7+5,5 jours. Le délai moyen de survenue du décès était de 5,5+4,4 jours avec les extrêmes de 01 et 20 jours. Le séjour des survivants était de 11,2+5,2 jours. L’âge avancé était déterminant dans la survenue du décès (p=0.021) mais le sexe n’influençait pas le pronostic (p=0.68). Le tableau II présente l’étude du lien entre le décès et les variables âge, sexe et durée de séjour

JPEG - 45.1 ko

Discussion

La prévalence hospitalière : dans notre série le taux de prévalence de 0,93% est nettement en deçà de 2,7% et de 6,5% observés respectivement par Traoré et al à Conakry en 2013[10] et par Minta et al. [11] au Mali dans une étude menée de 2004 à 2009 dans le service des maladies infectieuses de l’hôpital universitaire à Bamako.
La répartition annuelle dans notre série était deux fois plus importante que celle observée par Ndour et al. à Dakar dans une série de tétanos obstétrical [12]. En Europe, Filia et al ont rapporté en 2014 que l’incidence annuelle du tétanos était de 1.0/1 000000 habitants et que le tétanos était encore une maladie endémique en Italie [8].
La répartition selon le sexe est presque identique à celle obtenue au Maroc en Afrique du Nord par Sbai et al. [13] qui ont calculé une sex-ratio de 4 dans une étude menée en Réanimation de 2003 à 2008. Au Togo, Wateba et al ont trouvé en 2008 un sex-ratio plus élevé à 5 toujours avec une prédominance masculine [14]. Cependant, notre sex-ratio montre une plus grande prédominance des hommes en comparaison aux études de Seydi et al. [15] qui ont trouvé dans une population composée d’enfants et d’adultes à Dakar un sex-ratio de 2.41 et de Traoré et al à Conakry avec 2,7 [10]. L’étude de Oshinaike en 2012 au Nigéria avec 3.09 [16] et celle de Amare et Yami en Ethiopie avec 129 hommes pour 42 femmes [17] sont également dans cette moindre prédominance des hommes par rapport à notre étude. Il est important de souligner qu’en Europe, cette prédominance masculine observée dans notre série et dans tous les autres pays d’Afrique cités plus haut se trouve inversée car des observations rapportées dans les pays « dits développés » comme par exemple la France où le tétanos sévit encore signalent que le tétanos atteint préférentiellement la femme à 78% [7]. En Italie, Filia et al ont également signalé une prédominance féminine [8].
L’âge : l’âge moyen de 28,7±17,7 ans de notre série montre que ce sont les jeunes qui sont la cible la plus atteinte. Ce chiffre est proche de celui de 20 ans rapporté à Dakar par Seydi et al. [15] qui ont aussi trouvé que la tranche de 6-30 ans constitue 62% de leur série comme les patients dont l’âge est inférieur ou égal à 30 ans constituent 67,6% de notre série. L’âge moyen de nos patients est également proche de 33 ans trouvé par Amare et Yami en Ethiopie [17]. Nos patients sont plus jeunes que ceux de Dao et al à Bamako où l’âge moyen était de 39 ans [18]. Dans l’étude réalisée en Italie par Filia et al chez les adultes, 80% des patients avait un âge supérieur à 64 ans [8].
La mortalité est très élevée dans notre série : 62%. Ce taux est au dessus de la plupart de ceux retrouvés dans la littérature consultée : 22% à Dakar [15], 38,9% et 46,2% à Bamako respectivement par Dao et al [18] et Minta et al [11], 56,2% en zone urbaine au Nigéria par Oshinaike et al [16] mais dans des services de maladies infectieuses. A Dakar encore, la mortalité était de 23,8% [13] dans une série de 21 cas colligés au cours d’une étude sur le tétanos obstétrical où 19 cas relevaient du postabortum et 02 du postpartum. A Dakar toujours, la mortalité par tétanos otogène dans une population essentiellement composée d’enfants était seulement de 9,1% [19]. A Abidjan de 2003 à 2007, la mortalité par tétanos lié aux soins était de 54,5% [20]. Cependant, notre taux de mortalité est presque identique à celui de 60% retrouvé en réanimation médicale au Maroc par Sbai et al. entre 2003 et 2008 [13]. En Pologne, Zielinski et Rudowska ont rapporté en 2011 une mortalité moindre mais relativement élevée de 35.7% chez les malades de tétanos [21]. Filia et al ont rapporté en 2014 qu’on dénombre encore chaque année 21 décès par tétanos en Italie [8].
Comme dans notre étude, l’âge avancé est un facteur déterminant du pronostic dans l’étude de Oshinaike (p = 0,0001) au Nigéria [16] ainsi que dans celle de Filia et al en Italie [8].
Dans la série de Sbai au Maroc [13], la durée moyenne d’hospitalisation en réanimation est nettement au dessus de la nôtre (19 jours contre 7,7±5,5). Soumaré et al ont également obtenu à Dakar en 2005 une durée d’hospitalisation plus longue (11,6±1,4 jours) mais plutôt à la clinique des maladies infectieuses [19].
La durée moyenne d’hospitalisation de nos patients décédés est presque identique à celle trouvée par Amare et Yami en Ethiopie (5.5 et 6.5 jours) [17].

Conclusion

Le tétanos constitue encore une affection préoccupante en réanimation au CNHU de Cotonou en raison de la jeunesse de la population cible et de la mortalité très élevée qui y est rapportée. Il urge d’attirer l’attention des autorités sanitaires en vue d’une reprise et d’une intensification de la sensibilisation de la population en faveur d’une campagne régulière de vaccination et une bonne surveillance épidémiologique par la veille sanitaire pour une lutte préventive efficace.


Références

1. Castelain V, Mathien C, Pynn S, Jaeger A. Conduite pratique de la réanimation du tétanos de l’adulte. EMC (Elsevier Masson SAS), Anesthésie-Réanimation, 36-984-A-70, 2007.
2. Castelain V, Rusterholtz T, Jaeger A. Infections toxiniques : diphtérie, tétanos et botulisme in Réanimation médicale. Elsevier Masson SAS, Paris, 2009, 1042-47
3. Foucher A, Martinez V. Tétanos. EMC AKOS (Traité de médecine), Paris, Elsevier Masson SAS, 2007.
4. Mardelle V, Peytel E, Pétrognani R. Tétanos. EMC-Maladies infectieuses 2009 : 1-8 [Article 8-038-G-10].
5. Popoff M R, Poulain B. Tétanos : physiopathologie, épidémiologie, formes cliniques, traitements et vaccination. Antibiotiques 2005 ; 7 : 23-41.
6. Sexton D J. Tetanus. Uptodate 2013 ; topic 5525 version 10.0. www.uptodate.com.
7. Marais O. Le tétanos sévit encore en France. Option bio 2008 ; 19 (409) : 4
8. Filia A, Bella A, von Hunolstein C, Pinto A, Alfarone G, Declich S, Rota MC. Tetanus in Italy 2001-2010 : a continuing threat in older adults. Vaccine 2014 ; 32 : 639-44.
9. World health organization (WHO). Maternel and neonatal tetanus (MTN) elimination. WHO 2013. www.who.org.
10. Traoré F A, Youla A S, Sako F B, Sow M S, Keita M, Kpamy D O, Traoré M. Le tetanus nosocomial dans le service de référence de l’hôpital national Donka à Konakry (2001-2011). Bulletin de la société de pathologie exotique 2013 ; 106 : 104-07.
11. Minta D K, Traoré A M, Soucko A K, Dembélé M, Coulibaly Y, Dicko M S, Coulibaly I, Diany N, Maboune N G E, Ba-Sall B. Physiopathologie, épidémiologie, formes cliniques, traitements et vaccination. Bulletin de la Société de pathologie exotique. 2005 ; 105 : 58-63.
12. Ndour C T, Soumaré M, Diop B M, Touré A K, Badiane S. Le tétanos à porte d’entrée obstétricale à Dakar : aspects épidémiologiques et pronostiques à propos de 21 cas observés à la clinique des maladies infectieuses du CHU
de Dakar. Médecine et maladies infectieuses. 2002 ; 32 : 399-404.
13. Sbai H, Labib S, Harandou M, Khatouf M, Kanjaa N. Tétanos grave en réanimation : épidémiologie et prosnotic. Revue d’épidémiologie et de santé publique 2009 ; 57(S1) : S53.
14. Wateba M, Diop S, Nichols S, Patassi A, Adjo S, Gbadamassi G, Tidjani O. Intrathecal therapy with 1500 ui of antitetanic serum and 1.5 g of intravenous metronidazole : prognosis of tetanus in hospitalized patients in Togo. Santé 2008 ; 18 : 125-29.
15. Seydi M, Soumaré M, Gbangba-ngai E, Mougué Ngadeu J F, Diop B.M, N’diaye B, Sow P S. Aspects actuels du tétanos de l’enfant et de l’adulte à Dakar. Médecine et maladies infectieuses 2005 ; 35 : 28-32.
16. Oshinaike OO, Ojelabi OO, Ogbera AO, Ojo OO, Ajose FA, Okubadejo NU. Improving case fatality rate of adult tetanus in urban Nigeria : focus on better facilities of care. Trop Doct 2012 ; 42 : 208-10.
17. Amare A, Yami A. Case-fatality of adult tetanus at Jimma university teaching hospital, southwest Ethiopia. Afr health sci 2011 ; 11 : 36-40.
18. Dao S, Oumar AA, Maiga I, Diarra M, Bougoudogo F. Tetanus in a hospital setting in Bamako, Mali. Med Trop 2009 ; 69 : 485-87.
19. Soumaré M, Diop B M, NDour C.T, Gaye O H, Badiane S. Aspects épidémiologiques, cliniques et pronostiques du tetanus otogène au centre hospitalier universitaire de Dakar. Médecine et maladies infectieuses 2003 ; 33 : 254-57.
20. Aba T, Kra O, Ehui E, Tanon K A, Kacou A R, Ouatara B, Bissagnéné E, Kadio A. Aspects cliniques et évolutifs du tétanos lié aux soins dans le service de référence du CHU d’Abidjan. Bulletin de la société de pathologie exotique 2011 ; 104 : 38-41.
21. Zielinski A, Rudowska J. Tetanus in Poland in 2011. Przegl Epidemiol 2013 ; 67 : 253-54.
22. Beytout J, Laurichesse H, Rey M. Vaccinations. EMC-Maladies infectieuses 2001 : [Article 8-002-Q-10]

La vie de l'Anesthésie