juillet 2014, par Samaké BM , Togola M. , Maiga H , Keita B , Mangané M.I , Diallo A.

Introduction L’incidence annuelle de l’ensemble des traumatismes crâniens (TC) en Europe est évaluée à 235/100 000 habitants par an avec de grandes disparités entre les pays. Au Mali, celle-ci est de 2000 pour 100 000 hospitalisations.
Objectif : déterminer le pronostic des TC modérés et graves.
Patients et méthodes : Il s’agissait d’une étude descriptive et transversale de février 2011 à janvier 2012 incluant tous les patients admis dans le service de réanimation pour TC modéré et grave du C.H.U. Gabriel Touré. Les variables sociodémographiques, cliniques, et thérapeutiques ont été étudiés. Les données ont été analysées sur SPSS 17.et. le test Khi-2 utilisé pour la comparaison des résultats avec P<0,05 considérée comme significative.
Résultats : Pendant la période 150 cas ont été colligés et ont représenté 23 % des admissions. L’âge moyen était de 38,7± 3ans avec des extrêmes de 3 ans et 82 ans. Le sex-ratio était de 12. Les causes étaient les accidents de la voie publique (78 %), les accidents domestiques (16 %) et les coups et blessures volontaires (5 %). La notion de perte de connaissance était retrouvée chez 94,1 % des patients. Les signes d’hypertension artérielle ont été retrouvés chez 45, 3% des patients. Les lésions associées étaient des plaies cutanées (70%), des œdèmes périorbitaires (39,3%) et les factures osseuses (20,7 %). A l’admission la pression artérielle était normale chez 66 % des patients, le score de Glasgow était inferieur à 8 chez 46, 7 %, les pupilles normo dilatées et réactives chez 62,7 %. L’examen tomodensitométrique avait objectivé au moins une lésion cranio-cérébrale chez 90 % des patients. L’intubation avec ventilation était réalisée chez 17 % des patients. La mortalité était de 54 %. Le taux de survie sans séquelles était de 23 % et celui de survie avec séquelle était de 23 %.
Conclusion : La mortalité liée au traumatisme crânien est très préoccupante avec 54 %. La disponibilité des moyens de prise en charge et de monitorage réduirait cette forte mortalité.
Mots clés : Traumatisme cranien, Morbi-mortalité, Réanimation

La vie de l'Anesthésie