novembre 2014, par Camara B , Dicko H , Goita D , Coulibaly B , Diallo B , Diallo D , Keita M , Togola B , Doumbia D , Sissoko F , Coulibaly Y

Objectifs : Évaluer la prise en charge périopératoire des enfants opérés pour cardiopathies congénitales.
Matériels et méthodes : il s’agissait d’une étude prospective, qui a porté sur 36 cas de cardiopathies congénitales opérés et hospitalisés dans le service d’anesthésie réanimation au CHU du Point G durant la période allant de Janvier 2010 à Avril 2014.
Résultats : durant la période d’étude, 36 cas de cardiopathie congénitale ont été opérés dont 29 de persistances du canal artériel et 7 de tétralogie de Fallot. Le sexe féminin était prédominant avec 19 cas (52,8%) et 40 % étaient âgés de moins de 6 ans. Le souffle cardiaque (60%), la tachycardie (27%), l’arythmie (14%), les râles crépitants (42%) et l’asymétrie thoracique (32%) étaient les signes cliniques les plus retrouvés à la consultation d’anesthésie. Les signes de retentissement des cardiopathies étaient : la dyspnée (38,9%), le retard psychomoteur (19,4%), la cyanose (9,7%), le retard staturopondéral (12,5%) et la polyglobulie (9,7%). Les patients étaient respectivement ASA1 18 cas (50%), ASA2 13 cas (36%) et ASA3 5 cas (14%).Le protocole d’induction était à base de : propofol associé au sufentanyl et au atracurium chez respectivement 21 patients (60%), 16 patients (45%) et 23 patients (64%) et l’entretien était assuré dans 83% des cas par l’halothane. L’analgésie postopératoire était multimodale associant du paracétamol et la morphine. Les complications ont été un cas de lésions du canal artériel canal et un cas de hémothorax. Nous avons enregistré deux décès en postopératoire immédiat.
Conclusion : La prise en charge péri-opératoire des cardiopathies congénitales est difficile dans nos conditions et nécessite un plateau technique performant et une ressource humaine bien formée.
Mots clés : cardiopathies congénitales – anesthésie-réanimation – Bamako

La vie de l'Anesthésie