juillet 2014, par Abhé CM , Tétchi Y. , Kouamé L , N’guessan Y , Coulibaly KT , Brouh Y

Objectifs Evaluer de la prise en charge préhospitalière des traumatisés admis aux urgences chirurgicales.
Matériels et méthodes Il s’agit d’une étude prospective, descriptive et analytique portant sur une série de 1000 cas colligés à partir des informations recueillies à l’interrogatoire du patient et/ou des accompagnants en salle d’admission sur une période de 8 mois allant du 15 Août 2013 au 15 Avril 2014. Ces données ont été enregistrées sur une fiche d’enquête préétablie et individuelle pour chaque patient (voir annexe). Les variables recherchées étaient : Epidémiologiques, Cliniques, La prise en charge, Délai d’admission.
Résultats Il ressort de cette étude que les urgences traumatologiques représentent 85% des urgences chirurgicales avec comme victime principale les adolescents et les adultes jeunes (âge moyen 30 ans), avec une prédominance masculine (sex ratio de 2,62) et une prédominance des élèves et étudiants (27,1%) et du secteur libéral (23,2%). La majorité des patients provenaient du lieu de l’accident (91,6%) avec pour étiologie principale les accidents de la voie publique (AVP) (59,9%). 39,94% des victimes présentaient des traumatismes de l’appareil locomoteur associé à un état de choc (6,7%), une détresse respiratoire (4,8%) et une altération de l’état de conscience (5,8%). La majorité des traumatisés (98,7%) étaient évacués sans assistance médicale avec un délai moyen d’admission de 5+13H. Le type de transport était lié à la cause de l’accident(P=0,0000) et non à l’état clinique de la victime (état de choc P=0,34 , trouble de la conscience P= 0,36, et détresse respiratoire P= 0,42) à l’analyse statistique
Conclusion La prise en charge préhospitalière des urgences traumatologiques constitue un véritable défie dans notre pays, eu égard au nombre croissant des urgences traumatologiques qui touchent la population productive avec des lésions de plus en plus grave d’une part et d’autre part le nombre limité d’infrastructures et le manque de coordination de la stratégie de prise en charge en milieu préhospitalier et hospitalier. Une volonté politique de restructuration et d’équipement du système de prise en charge préhospitalière, sans négliger les services d’accueil des urgences, pourrait permettre de relever ce défi.
Mots clés : Prise en charge–Préhospitalière–Urgences–Traumatisme

La vie de l'Anesthésie