La revue africaine d’anesthésiologie et de médecine d’urgence : l’état actuel

Editorial

avril 2012, par Brouh Y

La parution de ce premier numéro de l’année 2012, 17ème année d’existence de la RAMUR nous donne l’occasion de relever quelques observations.
Nos maîtres ont voulu la naissance de cette revue pour promouvoir l’anesthésie, la réanimation et la médecine d’urgence en Afrique. Malgré les nombreuses difficultés, ils ont tenu le pari de sa naissance et de son maintien. Année après année, des hommes qui y ont cru se sont battus, pour la régularité des parutions ; ils se sont battus pour la reconnaissance du journal par le CAMES, ils se sont battus pour améliorer la qualité des écrits. Aujourd’hui notre revue a un nom. La charge nous revient de la faire vivre.

Il est bon après un an de gestion que les défis qui nous attendent soient portés à la connaissance de tous .Ces défis ont pour noms : régularité, crédibilité, financement, qualité des écrits, meilleures présentations, publications en ligne, « recrutement » d’auteurs hors zone, large diffusion, enfin maintien pendant quelques années encore de la version papier.
Ces défis sont connus et nous sommes conscients de l’ampleur de la tâche à accomplir.

Pour la régularité, le comité de rédaction se bat malgré les faiblesses et, depuis un an tous les numéros prévus sont parus. Quelques retards sont constatés. Ils sont dus en grande partie à trois choses :
- La qualité de la dactylographie qui nous oblige après relecture et correction à reprendre le travail.
- L’impossibilité pour la rédaction d’engager une secrétaire rien que pour la revue, (les moyens financiers ne suffisent pas).
- Le temps mis par les relecteurs à renvoyer les manuscrits corrigés à la rédaction.

Concernant la crédibilité, tout est fait pour que les textes qui paraissent dans la revue soient relus et corrigés. Quelques faiblesses existent ; elles sont à corriger.

Le problème de financement demeure ; quelques propositions sont faites, mais la concrétisation est toujours attendue. L’idée d’abonnement de tous n’a pas prospéré, nous en sommes à faire payer les auteurs dont les manuscrits sont acceptés. De notre part nous faisons en sorte que cela ne soit pas un handicap à la régularité même si, il faut le reconnaître, cette faiblesse financière agit sur la qualité du document fini. Des solutions sont attendues.

La publication en ligne a commencé timidement. Le site de la société d’anesthésie réanimation d’Afrique noire francophone (www.saranf.net) nous sert de passerelle. Nous devons encourager cette voie. Nos visites fréquentes du site sont attendues. Monsieur William Fourche, le webmaster qui nous offre cette possibilité presque gratuitement doit être remercié et encouragé. A ce propos, vous avez pu constater que seuls les résumés des textes sont accessibles. Cela est dans l’objectif de ne pas rompre le cycle de financement qu’est celui des auteurs. Ces derniers temps, vous observerez que des textes entiers seront accessibles. Ce sera ainsi tous les ans. L’objectif à terme est que la revue soit indexée. Nous y travaillons. Quelques conditions sont posées et les problèmes en cours de résolution.

Les auteurs provenant d’autres zones que l’Afrique noire francophone font leur entrée. Ainsi, quelques manuscrits de Madagascar et du Maghreb sont enregistrés.

En plus des rubriques habituelles, vous avez sûrement constaté l’apparition d’une autre rubrique dont l’objectif est l’enseignement de notre spécialité. Ainsi dans chaque numéro nous avons lu et lirons un article intitulé : revue générale, mise au point ou formation. La rédaction choisit les auteurs de ces articles, mais des propositions de manuscrits allant dans cette voie sont à encourager.

En fait la RAMUR vit, la revue sera chaque jour améliorée. La contribution de chacun est attendue. Tous ceux qui s’y attellent sont à remercier ; ils se reconnaissent. Ils se battent à travers la relecture, les propositions d’amélioration de la présentation, voire même le financement.

C’est une fierté pour nous, comité de rédaction, d’apporter notre contribution à cette lourde tâche. Vos observations, vos conseils et votre soutien en tout genre sont les bienvenus.

La vie de l'Anesthésie

rechercher sur le site de la SARAF

Recherches


Pour rendre vos recherches plus faciles